"Nécrophone" de Thomas A. Edison, à l'écoute des fantômes

Publié par Ilan Mos'k le

 

Thomas A. Edison, ici entre 1870 et 1880, était un passionné des phénomènes occultes et du spiritisme

Si on le connaît comme le père du phonographe, de la pile alcaline et de la chaise électrique, on ne sait pas forcément que Thomas A. Edison était un passionné des phénomènes occultes et du spiritisme. 

Le concept

Le concepteur du "Nécrophone" (même s'il ne lui a pas trouvé de nom) le présentait comme "un appareil scientifique permettant aux morts d'entrer en relation avec nous". 

Thomas Edison

voulait communiquer avec les morts

« Je suis convaincu que notre personnalité subsiste dans l’au-delà »

On a, de tout temps, essayé d’entrer en contact avec le monde des ombres et de rétablir le contact avec les chers disparus. Thomas Edison, le célèbre savant et industriel, s’y est essayé lui aussi. Mais en scientifique qu’il est, il s’est efforcé d’inventer une machine pour cela. Et il a consigné ses recherches dans un livre, réédité le 6 mars, “Le Royaume de l’au-delà”, qui mérite qu’on aille y faire un tour.

Thomas Edison, ne croyait pas au spiritisme, il disait sans ambages que « les méthodes et les appareils utilisés par ses adeptes ne sont qu’un fatras d’inepties ». Pourtant, était hanté par ce désir d’établir le contact avec le monde des défunts . Il passa même les dix dernières années de sa vie à concevoir une machine dont il pensait qu’elle lui permettrait de franchir les frontières L'Au-delà .Il consigna ses recherches dans un traité qui fut publié après sa mort, dans la huitième et dernière partie de son autobiographie. Or, curieusement les rééditions qui en furent données par la suite furent toutes amputées de ce texte, jugé sans doute ne guère convenir à la figure posthume d’un esprit scientifique et logique, et dont la transmission fut finalement assurée par une traduction française qui en avait été faite en 1949 et qui n’a jamais été republiée depuis.

"Penser qu'un  inventeur comme  Edison se soit  penché sur la conception d’un appareil capable de communiquer avec les morts, qu’il a passé la fin de sa vie, soit plus de dix ans, à travailler dessus, et qu’il a demandé à  son  assistant de bien rester à l’écoute au moment de sa mort. est à prendre en compte "

 Je crois, à tort ou à raison, que la vie est indestructible… J’ai tendance à croire que notre personnalité ci-après pourra affecter la matière. Si ce raisonnement est correct, alors, si nous pouvons faire évoluer un instrument assez délicat pour être affecté, ou déplacé, ou manipulé – quel que soit le terme que vous souhaitez utiliser – par notre personnalité, car il survit dans la prochaine vie, un tel instrument, lorsque mis à disposition, devrait enregistrer quelque chose… Je travaille depuis quelque temps à construire un appareil pour voir s’il est possible pour des personnalités qui ont quitté cette terre de communiquer avec nous. Thomas A. Edison

  

« Edison’s Own Secret Spirit Experiments », Modern Mechanix, octobre 1933

le nom de Thomas Edison (1847-1931) est communément associé à de nombreuses inventions telles que la lampe à incandescence, la chaise électrique ou le phonographe, il en va tout autrement de ses recherches psychiques.À commencer par son phonographe, en décembre 1877, dont la finalité visée est symptomatique de cette attirance morbide. Grâce à un ingénieux dispositif consistant en un cylindre de cire recouvert d’étain et destiné à inscrire les sons captés par le pavillon, il s’agit de conserver la voix d’une personne, par-delà la mort, et ce, afin de la faire revenir indéfiniment, telle une âme errante


Partager ce message



Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.